I change of crèmerie!

samedi 4 août 2012

*

Dernier article du blog chez l’hébergeur Toile-Libre qui, hélas cumule les ratés techniques, les maintenances qui s’éternisent, et s’est « amusé » à fermer un port d’accès pendant un long moment, m’empêchant de pouvoir faire des mises à jour, notamment de sécurité. Résultat, des milliers de spams à nettoyer en un temps record, et des fonctionnalités obsolètes ou capricieuses.

Désormais, ça se passe ailleurs et pour ne pas vous décevoir, je vous ai concocté – enfin! – une première balade à la Nouvelle-Orléans, ma dernière pérégrination étatsunienne.

Y’en aura d’autres!

Si si … :D

Par contre, je n’ai pas trouvé de système satisfaisant d’abonnement au nouveau blog pour l’instant.

Je vais envoyer un courriel à tous ceux qui normalement venaient lire mais si j’ai oublié quelqu’un (hautement probable, ma tête ne fonctionne qu’à moitié en ce chaud été du sud de la France), laissez un petit mot en commentaire pour me le signaler et je récupèrerai votre adresse email ;)

À tout de suite!

rebirth

(jeudi 8 décembre 2011)

.

Heeey! Long time no see!

.

Normal, je me régale!

Je me régale de ne pas plus faire le ménage qu’avant dans ma maison, mais désormais sans culpabiliser – et ça fait une sacrée différence.

Je me régale de pouvoir faire cours, d’être généralement écoutée et respectée, de plaisanter, rire et m’amuser avec les élèves.

Je me régale aussi de pouvoir les punir :twisted:

Je me régale des premiers fruits professionnels récoltés grâce à cette expérience internationale quasiment sans précédent, me voilà formatrice pour adultes, à enseigner l’anglais à quelques collègues de lycée pour les emmener vers le niveau d’un bon élève de Terminale afin qu’ils passent une certification complémenaire les autorisant à enseigner une partie de leurs cours en anglais. 6 profs motivés … du velours!

Je me régale de mon emploi du temps qui me laisse de larges plages de liberté où, selon l’heure, je dors un peu plus, fais une sieste, rentre écouter de la musique ou pars faire un peu de shopping. Seul bémol : je ne fais que croiser mes collègues.

Je me régale de papouiller, patasser, escagasser Ursule le Chien.

Je me régale de continuer à co-administrer la plateforme d’échanges pédagogiques sur laquelle j’avais beaucoup bossé lors de mon « transfert » aux services culturels de l’Ambassade. Nous avons désormais plus de 220 membres, des contacts s’opérent, des amitiés se nouent, des échanges transatlantiques se montent.

Je me régale d’ailleurs d’avoir embarqué dans ce type d’aventures mes deux classes de Troisième et mes 26 « petits » de Sixième, absolument enthousiastes, drôles, énergiques.

Je me régale de regarder quelques bonnes « débilités » à la télévision française, sans trop de pub. « Un dîner presque parfait » a le mérite de m’ouvrir suffisamment l’appétit pour que j’aille en cuisine avant même la fin de l’émission, tenter des trucs avec des oignons, des citrons verts, de la bière et des sauces japonaises.

Je me régale aussi de saucisson et de fromages (j’ai compris pourquoi, malgré les 10 kilos pris à New York, mon taux de cholestérol avait baissé!)

Je me régale de toujours, cinq mois après mon retour, me surprendre à répondre en anglais aux commerçants, aux parents d’élèves, aux collègues …. Oh, des petites répliques de rien comme « Alright », « Thanks! », « Jesus! » …

Je ne me régale pas de tout. Je sens et vois les effets de la crise, j’ai des nouveaux voisins avec lesquels les relations seront difficilement cordiales, mes impôts ont drôlement augmenté parce que j’ai « exploité » ma « propriété » en la louant, je n’ai jamais vu autant de fous au volant, les réformes qui s’amoncellent depuis 2007 dans l’éducation me font entrevoir, avec des frissons d’horreur, des moments difficiles déjà vus, observés ou vécus à New York, je n’arrive pas à trouver le temps de blogguer ou d’échanger des nouvelles régulièrement, je n’ai pas sorti mon APN depuis des mois, les supermarchés français ne savent décidément pas gérer leurs stocks (je réalise que je n’ai jamais vu un seul problème d’étiquetage ou de prix à New York) ……….

N’empêche, la maître-mot est bien « régal », que j’accompagnerai de « rebirth » ; non que je me sente renaître, car cela signifierait que j’étais comme morte à New York, ce qui est faux, mais il y a quand même bien quelque chose de l’ordre d’une nouvelle respiration, une jolie sérénité, une assise globale plus confortable, plus solide, du sourire du nouveau-né, béat, qui me monte souvent au visage sans que je m’en rende compte.

Notamment lorsque je me passe le CD acheté dans ce bar de la Nouvelle-Orléans, dernier opus de l’orchestre de cuivres que nous étions venus voir (trop de monde, on est restés collés au bar à se dandiner en lampant de nombreuses bières fraîches) écouter. L’un des nombreux souvenirs de cette ville qui me hante quotidiennement depuis.

Leur nom? Rebirth Brass Band, quatorze musiciens dont les compositions me mettent dans une joie de vivre incroyable ; cela faisait belle lurette qu’une musique ne m’avait pas autant agité les gambettes, collé le sourire au coeur et donné envie de prendre tout le monde dans mes bras!

.

 

 

mots doux

(vendredi 15 juillet 2011)

.

Lors de notre promenade-découverte des alligators des swamps (marais) du bayou, nous avons pu constater que notre guide s’adressait aux gentils sauriens en utilisant divers mots doux, que vous allez pouvoir entendre dans cette vidéo (auteur : Frangin, special thanks!).

Contrairement à pas mal d’autres organisateurs de visites du bayou, nous naviguions sur des petits bateaux à moteur, certes, mais peu bruyants, à raison de 15 personnes environ par bateau (et pas une grosse soixantaine …). La relative discrétion des bateaux permet de ne pas faire fuir la faune, et rend la balade extrêmement agréable!

.

500 photos

(samedi 9 juillet 2011)

.

C’est un record pour cette journée pleine de découvertes!

Une croisière de deux heures à contourner le sud de l’île de Manhattan dans les deux sens, puis une balade (et un délicieux resto, le « Acqua Santa« !) dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn, en passant par la Brooklyn Brewery pour une authentique pause bière  :P

Pieds échauffés ont demandé grâce, alors taxi pour duMBo pour un autre resto très chouette et quelques prises de vue de la skyline en nocturne.

Allez, c’est parti mon kiki!

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Williamsburg, Brooklyn, 9 juillet 2011

.

.

.

.

.

.

.

Vous avez eu peur, hein, que je vous mette les 500 photos! No way, juste une sélection « coups de coeur » en nocturne ; je vais me coucher! Demain, lessive à la laverie, festival Mafrika et foire du 14 juillet dans l’Upper East Side, faut tenir le coup!